Les douleurs neurologiques

Image offerte par

https://sebastiendelgrosso.myportfolio.com/projects

La névralgie du trijumeau

Le nerf trijumeau est un nerf qui se divise en trois branches.

C’est un nerf essentiellement sensitif (douleur, chaleur, proprioception, etc.), mais c’est également un nerf moteur pour les muscles masticateurs (temporal, masséter et les deux ptérygoïdiens).

Avec un petit schéma ça donne ça :

On visualise les zones qui sont innervées par le trijumeau sur ce schéma

Source https://fr.wikipedia.org/wiki/Nerf_trijumeau

Au niveau des douleurs on peut avoir les fameuses brûlures dans les dents, le trijumeau étant relié aux dents, des douleurs sous les yeux etc.

En fait pour savoir où ça peut faire mal, il suffit de suivre le tracé du trijumeau sur les images ci-dessous. Tirées de l’application « visible body » disponible sur App store Apple.

Les trois branches du nerf trijumeau apparaissent en bleu.

Ce qu’il faut retenir, c’est que la douleur peut être tout le long du nerf alors qu’elle n’est provoquée que par l’irritation ou la lésion d’un seul endroit. Ça crée des incompréhensions de tous. «  Mais docteur si je vous dit que j’ai mal là » «  ben oui mon cher monsieur (ma chère dame) mais l’origine de votre mal c’est cette autre dent, (ou votre façon de taper de travers sur cette autre dent à cause de votre problème de mâchoire – par exemple).

On appelle ça des douleurs « projetées ».

Votre praticien pourra comprendre votre problème en vous faisant passer des examens. Enfin, bien sûr, on parle des praticiens qui s’intéressent au SADAM et qui ont des connaissances sur ce sujet.

Il existe aussi des atteintes du nerf trijumeau consécutives aux traitements dentaires.

La lésion du nerf est différente de l’irritation.

Par contre dans les deux cas, le nerf trijumeau étant aussi un nerf « moteur » c’est-à-dire qui peut faire bouger la mâchoire, on peut partir d’une lésion d’un nerf et arriver à un problème de mâchoires.

Votre praticien peut vous aider à faire en sorte que vos mâchoires ne se dégradent pas.

Tout le problème est de savoir si le problème vient au départ du nerf lui même, où de la mâchoire, pour toutes les causes que nous allons évoquer dans la partie dédiée.

Document de Stéphane Simon

Vous trouverez aussi des associations de patients qui aident spécifiquement les personnes atteintes de névralgies du trijumeau.

La névralgie d’Arnold

Où se situe le nerf d’Arnold

Source de l’image http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/13708-nerf-d-arnold-definition

Vous ressentez une douleur très vive au niveau de la nuque et/ou de l’arrière du crâne ? Celle-ci s’accompagne souvent d’une sensation de brûlures ou de décharges électriques ? Vous souffrez peut être d’une névralgie d’Arnold.

Qu’est-ce que le « nerf d’Arnold » ? Ce nerf, également nommé nerf grand occipital, est situé à la base du crâne juste au niveau de la naissance de la colonne vertébrale.

Volumineux, il est formé par la branche postérieure de la deuxième racine cervicale.

Volumineux, il est formé par la branche postérieure de la deuxième racine cervicale.

Il est qualifié de nerf moteur car il permet aux muscles du cou de réaliser des mouvements. Le nerf d’Arnold est également sensitif : grâce à celui-ci, on peut par exemple ressentir des sensations localisées au niveau du cuir chevelu. On dit alors que le nerf d’Arnold est mixte, comme le nerf trijumeau.

Les symptômes de la névralgie d’Arnold sont multiples. Toutefois, la principale manifestation de cette pathologie est une douleur intense et en général unilatérale. Les personnes qui souffrent d’une névralgie d’Arnold comparent souvent ce mal à une brûlure ou à une décharge électrique soudaine. Si la névralgie d’Arnold se manifeste le plus souvent de façon aiguë, il n’en reste pas moins que la douleur peut également s’avérer chronique et moins intense.

Cette pathologie s’étend de l’arrière de la nuque jusqu’au sommet du crâne. Il est également fréquent de ressentir des irradiations de la douleur en arrière de l’œil. Ce type de névralgie entraîne parfois une sensibilité accrue au niveau du cuir chevelu. La pathologie pouvant se déclarer sous la forme de maux de tête, elle peut être confondue avec la migraine ou la céphalée de tension.

Lorsque les symptômes se font de plus en plus intenses, la névralgie d’Arnold entraîne des vertiges. Cela signifie alors que le nerf est irrité. Si vous ressentez l’un de ces symptômes, il est recommandé de vous adresser à un professionnel de santé qui sera en mesure d’établir un diagnostic fiable de vos douleurs.

La névralgie d’Arnold appartient, comme la névralgie du trijumeau, à la classification des neuropathies périphériques.

Comme le nerf d’Arnold passe par la nuque, il sera toujours utile de savoir ce qui est arrivé à votre nuque pour comprendre l’origine de ce mal et ainsi d’en discuter avec votre praticien.

L’AVF

L’AVF, qui veut dire Algie Vasculaire de la Face, est une affection qui touche le nerf facial.

Le nerf facial est un nerf moteur qui permet aux muscles de la face de bouger (sourire, fermer les yeux, etc.).

L’AVF présente des similitudes avec les autres névralgies faciales mais son intensité et la précision des symptômes touchant un malade AVF sera traité d’une façon différente d’une névralgie d’Arnold ou du trijumeau.

Il n’existe à ce jour qu’un seul centre d’urgence pour cette pathologie qu’est l’AVF, ce centre est à l’hôpital Lariboisière à Paris, au service « urgence céphalées ».

Service de prise en charge de l’AVF

Il existe également des associations de malades touchés par l’AVF en France.

Notamment celle ci, dans ce lien vous trouverez l’association et une description de l’AVF: AFCAVF, description de l’algie vasculaire de la face

Mouvements involontaires de la face

Lorsque la mandibule est trop instable, les muscles s’en trouvent sur sollicités et cela peut à la longue créer un phénomène de mouvements automatiques et involontaires de la face. Et comme on vient de le voir, les muscles de la face et les nerfs de la face sont reliés. Les muscles perturbés peuvent donc par leur mauvais mouvements irriter les nerfs, qui peuvent quant à eux perturber le fonctionnement des muscles.

Lequel à commencé, ça c’est l’histoire de la poule et de l’œuf, et cette histoire doit être démêlée par votre médecin traitant qui vous enverra peut être chez un neurologue.

Il existe également et indépendamment de ce problème d’instabilité mandibulaire, des maladies dites de co-morbidité, qui peuvent aggraver ou qui ont entrainé ce phénomène de mouvements involontaires : ainsi ; les mouvements involontaires ont pu être déclenchés par une autre pathologie musculaire ou nerveuse, ou une infection qui aurait touché vos nerf et/ou vos muscles, ou un autre dysfonctionnement quelque part dans le corps, et souvent au niveau de la nuque ou des cervicales.